Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 décembre 2016 4 08 /12 /décembre /2016 17:43

L'article issu du voyage en Russie, dans la région de Voronej, organisé par l'association Davaï au mois de juin 2016:

A Ramon, petite ville près de Voronej, nous avons visité le domaine des Vénévitinov, vieille famille noble de la région dont certains membres se sont illustrés en aidant Pierre Le Grand à construire sa flotte et d'autres en participant aux guerres de Catherine II.

Le plus illustre des Vénévitinov est Dimitri, le poète (1805-1827), lointain parent d'Alexandre Pouchkine, qui appartenait aux cercles littéraires et artistiques de Moscou. Dans le manoir où les pièces évoquent la vie des nobles de province du 18è et du 19è siècle, on peut admirer le beau portrait de Zénéide Volkonsky, poétesse, animatrice d'un salon musical à Moscou, qui fut le grand amour de Dimitri Vénévitinov.

Hommage aux femmes des Décembristes

La sœur de Zénéide, Maria, est célèbre pour être une des onze femmes de Décembristes - dont deux Françaises - qui accompagnèrent leurs maris condamnés à l'exil en Sibérie, en 1825, après l'échec du complot visant à transformer le régime autocrate du tsar Nicolas 1er. Abandonnant leurs biens, leurs amis, la plupart s'installèrent dans la région d'Irkoutsk où, au milieu de grandes difficultés, ils développèrent une vie culturelle, fondèrent des écoles... On peut aujourd'hui visiter la maison des Volkonsky et celle des Troubetskoï à Irkoutsk.

Hommage aux femmes des Décembristes

Véra, notre guide, termina la visite du domaine par un concert de romances, dont celle qui rend hommage à ces femmes courageuses qui ont supporté l'exil par amour pour leur mari dans la lointaine Sibérie.

Deux romans évoquent cette histoire tragique :

Henri Troyat : La lumière des justes

Alexandre Dumas : Le Maître d'armes

 

Françoise Mulot

Partager cet article

3 décembre 2016 6 03 /12 /décembre /2016 21:25

Cette année encore, j'étais avec plaisir à Honfleur pour le festival du film russe.

J'y ai vu trois films, dont un français. Aucun ne m'a vraiment scotché, c'est vrai, mais j'ai bien aimé les trois car ils sont intéressants et bien réalisés chacun dans leur style.

D'habitude je parle du film que j'ai préféré, mais cette fois j'hésite à parler d'un ou d'un autre, alors je vais essayer de parler des trois ….

Voici les trois films en question :

Ils sont très différents tous les trois. Le premier, « L'idéal », est une comédie française à la française et à la Beigbeder, assez réussi pour moi. Une partie du film se situe à Moscou et une partie des acteurs sont russes, notamment l'excellent Alexei Guskov.

L'idéal, comédie satirique de Frédéric Beigbeder

L'idéal, comédie satirique de Frédéric Beigbeder

Le second, « L'art pur », un thriller russe qui se passe dans le milieu de l'art à Moscou, celui-ci , je trouve qu'il est assez proche des thriller américains.

L'art pur, polar de Renat Davletiarov

L'art pur, polar de Renat Davletiarov

Le troisième, « Moscou ne dort jamais », est plus russe. Il se passe aussi à Moscou, on y voit beaucoup de personnages qui vivent beaucoup de situations en parallèle. Mais tous ces personnages ont quelque chose qui les relient...

Le festival 2016 du cinéma russe à Honfleur

Ce que je trouve intéressant, c'est que dans ces trois films, on retrouve, traités de façon différente, des thèmes très typiques du cinéma et de la culture russe en général.

Il y a l'amour et la mort, bien sûr,

Il y a Moscou,

Il y a l'argent, il y a la corruption,

Il y a la misère et la déchéance,

Et il y a un thème incontournable, l'excès et la démesure, cela, on le retrouve dans le cinéma russe, en Russie et chez les russes !... (Souvent on appelle ça l'âme slave, moi j n'y crois pas, je préfère parler de tempérament)

En particulier, l'excès d'alcool, la vodka dans laquelle on se perd... et sans doute on y trouve quelque chose aussi ….

Donc on voit les personnages se chercher, se trouver des raisons d'exister et essayer d'y croire...

Dans le film de Beigbeder, c'est d'une façon caricaturale, certains le regrettent mais c'est volontaire car ses références sont pop/rock, la bande dessinée, et la pub aussi. Même outrageuse ou provocante, il nous montre une réalité, celui du monde de la mode, des mannequins, du fric.

Le polar nous parle du monde des galeries d'art, le travail et les raisons d'être des artistes, tout cela lié au business et à la politique. Avec tous les ingrédients du genre : le suspens, les crimes et les personnages forts !

Dans le troisième film, on voit aussi une réalité moscovite, mais sous un aspect plus social, et dans différents milieux et classes sociales. Avec toujours la question des choix de vie, ou de bilans de vie.

Pour conclure, j'étais une fois de plus très content de ma journée de spectateurs, j'ai même eu presque l'impression de passer un week end à Moscou, car certains personnages, certaines attitudes m'ont rappeler des souvenirs, des rencontres.... Merci donc à ce festival d'exister et merci aussi à notre association Davaï d'avoir organisé cette journée !

 

Pascal Coquerel

Partager cet article

1 décembre 2016 4 01 /12 /décembre /2016 11:22

La Fondation Louis Vuitton propose une exposition inédite, la présentation des œuvres du grand collectionneur et mécène russe, Sergueï Chtchoukine, grand amis des peintres de l’art moderne français.

La Fondation Louis Vuitton a inauguré ses majestueux locaux en octobre 2014, il s’agit d’un imposant immeuble, « un navire de l’art contemporain », conçu par l’architecte Frank Gehry (créateur du musée Gugenheim à Bilbao), véritable prouesse architecturale constituée d’armatures de poutrelles enchevêtrées et de larges panneaux de verre assemblés à la manière de vitraux, le tout posé sur un lit d’eau. Geste architectural de facture ultra-contemporaine,  dont les « voiles » ont été  colorisées par l’artiste Daniel Buren dans un second temps. Cet ensemble trouve sa place dans le parc d’acclimatation et de l’exotisme inauguré par Napoléon III en octobre 1860.

 Source : Télérama.fr,  publié le 11/05/2016.
 Source : Télérama.fr,  publié le 11/05/2016.

Source : Télérama.fr, publié le 11/05/2016.

Cette exposition est un évènement, les chefs d’œuvres achetés ou commandés par l’homme d’affaire russe, Sergueï Chtchoukine (Moscou 07/1854 – Paris 01/1936), sont réunis pour la première fois. Chtchoukine a bâti sa fortune sur le négoce du tissu. Cette collection rend hommage aux impressionnistes et à l’art moderne français en général (cubisme, fauvisme) mais surtout à l’un des « plus grands mécènes russes du début du XXème siècle, Sergeï Chtchoukine, collectionneur  « visionnaire » de l’art moderne français ».

Il a été très difficile de reconstituer le parcours de cet homme considéré comme un génie ou un fou, qui collectionne les unes après les autres des œuvres à rebours des traditions russes et contre son milieu. Il écrira à Matisse en 1910, « On dit que je fais du tort à la Russie, à la jeunesse russe en achetant vos tableaux. J’espère vaincre un jour mais il faudra quelques années de lutte », Chtchoukine parle parfaitement le français. Il est présenté comme un homme aimable, bavard bien que souffrant de bégaiement. Il aurait été végétarien. Cet homme a fait l’objet d’un tabou en Russie de-là la grande difficulté à reconstituer sa vie et son œuvre. Il a dû fuir la Russie après 1917 laissant derrière lui son musée, le 1er musée d’art moderne au monde !

©ADAGP, Paris 2016. Photo : Musée d’Etat de l’Ermitage Saint-Pétersbourg, 2016.

©ADAGP, Paris 2016. Photo : Musée d’Etat de l’Ermitage Saint-Pétersbourg, 2016.

Cette exposition rassemble quelques 130 chefs d’œuvre des maîtres impressionnistes, post impressionnistes et modernes des plus emblématiques. Chtchoukine a acquis par exemple un tableau que les Français jalousent aux Russes, Le déjeuner sur l’herbe de Monet. Il aimait Cézanne (représentations de la montagne Sainte Victoire), il était un ami personnel de Matisse, Les danseuses, Les poissons rouges, Monet, Degas, Gauguin  Eh, quoi, tu es jalouse ?, Picasso dont il avait plus de 40 toiles et lui avait consacré un cabinet particulier dans son Palais. L’exposition se poursuit par la présentation d’œuvres de peintres russes. On rencontre des toiles de Malévitch, de Rodtchenko, de Popova, de Klioune notamment. Toutes les salles d’exposition de la Fondation ont été nécessaires pour présenter les œuvres à la manière de leur accrochage originel chez le mécène à Moscou dans les différentes pièces de son palais Troubetskoï.

 

La collection Chtchoukine est, par elle-même une œuvre d’art majeure de l’histoire de l’Art Moderne, que le collectionneur destinée à la galerie moscovite, Trétiakov, du nom de son créateur pour compléter la collection de peintres étrangers de S. M. Trétiakov. L’œuvre de Chtchoukine a exercé une véritable fascination sur les contemporains du grand ami des peintres français et a été un lieu de d’apprentissage pour les peintres russes de l’époque qui pouvaient venir y puiser inspiration et technique. Nationalisée et dispersée, elle s’est trouvée divisée en deux et présentée incognito au musée d’Etat de l’Ermitage à Saint-Pétersbourg et au Musée d’Etat des Beaux-Arts Pouchkine à Moscou.

L’exposition s’ouvre par des autoportraits de « géants » de la peinture puis on nous entraîne dans une salle obscure où dialoguent le mécène et les artistes. Chtchoukine était parfaitement francophone. Il nous apparaît comme un petit homme aux yeux rieurs et aux grosses moustaches. Il n’est pas présenté comme quelqu’un ayant beaucoup de charisme mais quelle détermination dans sa démarche, quelle certitude dans son bienfondé et quel appétit pour les formes picturales nouvelles. Il les aimait les artistes et il leur accordait toute sa confiance. Par ses commandes, il a favorisé la création de nombreux peintres français. Il a favorisé le dialogue et les échanges entre créateurs français et russes.

La scénographie de visite de la collection reprend l’enchainement des pièces thématiques de la résidence de Chtchoukine, le Palais Troubetskoï. On peine à imaginer dans le confort d’un palais de facture classique l’amoncellement de peintures aux couleurs chatoyantes et bigarrées, aux sujets audacieux et « inadaptés » pour l’époque ; la nudité stylisée présente dans les toiles de Matisse est totalement réprouvée à l’époque en Russie par exemple, le collectionneur lui-même se fait violence avant d’adhérer à cette nouvelle suggestion du corps dans l’art.

La salle Matisse (Le salon rosse) au Palais Troubetskoï, début 1920 ©Moscou, Musée d’Etat des Beaux-Arts Pouchkine. Photo © Musée d’Art Moderne Occidental, Moscou.

La salle Matisse (Le salon rosse) au Palais Troubetskoï, début 1920 ©Moscou, Musée d’Etat des Beaux-Arts Pouchkine. Photo © Musée d’Art Moderne Occidental, Moscou.

Chtchoukine ne peint pas mais éprouve manifestement la même passion que le créateur en collectionnant et à constituant une œuvre à transmettre aux générations futures. Ce personnage est captivant, il s’inspire du travail d’autres collectionneurs qui lui sont contemporains : un russe Morozov qui achète plutôt des œuvres qui l’émeuvent pour se constituer un musée personnel, les Stein qui sont davantage dans une approche pédagogique de la peinture à travers une collection et, qui achètent parfois contre leur goût voire pour choquer. Chtchoukine est peut-être dans un entre-deux. Il forge ses goûts dans un dialogue constant avec les artistes, avec les acheteurs et, espère acclimater progressivement ses contemporains à la nouveauté de l’expressivité dans la peinture occidentale. Il ouvre les portes de son palais dès 1907 aux peintres russes, il semble certain de ses choix pour constituer son œuvre.

Je ne peux que vous conseiller d’aller parcourir ces salles et ces toiles et de vous inspirer de la passion sensible de ce petit homme, grand mécène de l‘art moderne français.

A découvrir ou revoir jusqu’au 20 février 2017! Je vous conseille fortement de réserver votre entrée à l’avance, pour autant cela ne vous évitera pas totalement des files d’attente à l’intérieur du bâtiment!
Réservation et information sur
www.fondationlouis.vuitton.fr

La Fondation est amarrée dans le jardin d’acclimatation dans le Bois de Boulogne (16ème arrondissement) – ligne 1 du métro, station Sablons (si vous arrivez à la Défense par le bus, c’est tout près !!!)

Pour aller plus loin et pour s’imprégner du génie de Chtchoukine, voici un lien vers un petit film proposé par la FLV - http://www.fondationlouisvuitton.fr/evenements--radio/serguei-chtchoukine-le-roman-d-un-collectionneur.html

Cécile Milcent

Dans votre lancée à Paris, le Centre Pompidou présente un évènement Kollektsia : l’art contemporain en URSS et en Russie de 1950 à 2000, jusqu’au 27 mars prochain. Je n’avais pas l’information, dommage ! J’avais opté pour un autre continent avec une exposition tout aussi passionnante et déroutante présentée à l’Orangerie dans le jardin des Tuileries, La peinture américaine des années 30 que je recommande fortement. Le célébrissime tableau, icône de la peinture américaine, American Gothic 1930, de Grant Wood  y est présenté pour la 1ère fois en Europe !
Paris reste tout de même Paris !

 

Partager cet article

27 novembre 2016 7 27 /11 /novembre /2016 16:00

Ce week-end (le 25 et le 26 novembre 2016) l’Ambassade de Russie en France a accueilli dans ses locaux « Le Forum des russes » - conférence organisée par le Conseil de coordination du Forum des Russes de France. 
Cette réunion rassemble des représentants des associations russes en France, des enseignants de la langue russe, des membres du Conseil de coordination des Russes en France et dans d’autres pays, et tous les russes de France qui s’intéressent à la Russie.

S.E.M. Alexandre Orlov, ambassadeur de Russie en France, a ouvert le 25 novembre la 6ème Conférence « Forum des russes ». Dans son discours il a remercié les compatriotes pour leur travail qui contribue au développement des liens franco-russes. Les résultats de leur travail ont été aussi remarqués en Russie: Grigori Karassine, Secrétaire d'Etat, vice-ministre russe des Affaires étrangères, a transmis les mots d’amitié aux participants du Forum – son message a été lu par le conseiller de culture de l’Ambassade Monsieur Andrianov, Vladimir Lebedev, directeur de la « Maison des compatriotes » à Moscou, est venu à Paris pour participer à cette conférence et a encouragé les participants de continuer leurs activités.

Michel Grabar, président du Conseil de coordination du Forum des Russes de France, a présenté le rapport annuel 2015-2016 du Conseil et l’a mis sur la table de discussion auprès des participants de la conférence. La deuxième partie de la journée a été consacrée au travail dans des groupes du Conseil (il y en a une dizaine, chaque groupe s’occupe d’une seule direction, par exemple, la commission sur les relations économiques avec la Russie, la commission sur les questions humanitaires et sociales et d’autres).

(texte et photo sont pris de la page FB de l'Ambassade de Russie en France: https://www.facebook.com/ambassadeRussieFrance/ )

6ème Forum Russe à Paris

Merci infiniment à tous ceux qui ont partagé leurs expériences et leurs idées, si riches et si variées... ces rencontres donnent des ailes, motivent à élaborer de plus en plus de projets futurs pour promouvoir toutes les facettes de notre culture russe...

Voici nos quelques photos personnelles:

6ème Forum Russe à Paris
6ème Forum Russe à Paris
6ème Forum Russe à Paris

Partager cet article

Published by asso-davai - dans Evénements Forum Russe
commenter cet article
21 novembre 2016 1 21 /11 /novembre /2016 23:45

Chers amis,

 

Voici un petit résumé des activités russes que nous vous préparons pour la semaine à venir:

 

Mercredi 23 novembre, à 19h, à la médiathèque d'Hermanville-sur-Mer :

Vernissage de l'exposition de Katia Ezerskaya avec une présentation musicale de notre chorale avec la participation du trio Toc-toc-toc

 

Jeudi 24 novembre, à 19h, à la médiathèque de Colleville-Montgomery :

Conférence d'Anton Osminkine, "Les destins croisés franco-russes"

 

Vendredi 25 novembre, à 20h45, au cinéma Le Cabieu d'Ouistreham :

"L'idiot" (2014), film russe de Yuri Bykov.

 

Samedi 26 novembre, à 15h30, au cinéma Le Cabieu d'Ouistreham :

Ciné-goûter, "L'ogre de la Taïga" (2013), film d'animation russe de Konstantin Bronzik

 

Dimanche 27 novembre, toute la journée, voyage (en bus) au Festival des films russes à Honfleur. Réservation obligatoire!

 

Jusqu'à la fin du mois de novembre, au cinéma Le Cabieu d'Ouistreham :

Exposition des photos des voyages de Davaï en Russie.

 

Nous vous remercions d'avance de partager ces informations le plus largement possible! 

Festival Peschinka - novembre
Festival Peschinka - novembre
Festival Peschinka - novembre
Festival Peschinka - novembre

Partager cet article

9 novembre 2016 3 09 /11 /novembre /2016 12:05

Voici la présentation de Christian Brière, peintre normand qui partage lors de cette exposition ces impressions sur son voyage dans les "provinces russes".

N'oubliez pas: le vernissage est ce soir, à 18h, au centre culturel La Prairie de Caen (11, avenue Albert Sorel)!

Exposition: "Le charme de la province russe"

Christian BRIÈRE
Nom d'artiste : CANTER-BRIENS

Né en juin 1947 au sein du Château de Clermont-Tonnerre,
(transformé en maternité après guerre), proche du bourg
normand de la commune de Villers-Bocage (dans le Calvados)

Exposition: "Le charme de la province russe"

Sur la toile ou sur un support quelconque, j’aime rendre vraisemblable la lumière sur la peau ou sur un objet, quand il m’est donné la possibilité d’en « saisir » le caractère insolite.
Mais c‘est dans le geste même, que je prolonge mon désir, de laisser traces et empreintes, émotions et ressentis, comme pour les affranchir de l’espace et du temps...
Chaque jour, quand je le peux, à grands coups de brosse, je laisse la surface, s‘ébrouer comme une vague contre une roche ou s‘agrandir comme une marée sur une plage...
Se laisser surprendre par le hasard d‘une touche, d’un ton, ou d’une éclaboussure, me rapproche davantage des éléments naturels et de la dynamique originelle du « vivant », cette poussée organique et vitale...
C’est ce lien que je cherche à retrouver, et à préserver...
Plus difficile à saisir cependant, le caractère d’un visage, d‘un corps ou d’un sourire, balancé dans l’espace de mon champ visuel...

Un regard lui-même, d‘ailleurs, est un peu comme un paysage à découvrir… et plus on le revoit, plus il révèle de choses...
Quand aux objets eux-mêmes, tout en étant d’apparence calme, il faut beaucoup d’observation et de patience pour arriver à leur faire dire quelque chose...
Quand à l’aventure abstraite, ce sont des myriades de possibilités qui nous sont offertes pour explorer rythmes et mélodies de notre inconscient, humeurs et libertés de nos rêves, constructions et certitudes de notre raison et chants et incantations du monde...
Et en cela même, désormais, tous les horizons nous semblent ouverts...
Le rire par contre, est peut-être encore ce qu’il y a de plus difficile à exprimer dans un portrait réaliste alors qu’il peut servir de prétexte à tant de variations, dans les improvisations abstraites...

Christian Brière

Partager cet article

Published by asso-davai - dans Evénements Rendez-vous
commenter cet article
8 novembre 2016 2 08 /11 /novembre /2016 11:05

Chers amis,

L'association Davaï organise en ce moment une exposition des deux artistes remarquables - un Russe et un Français - intitulée "Le charme de la province russe". 

Le rendez-vous au centre culturel La Prairie (11, avenue Albert Sorel à Caen) pour découvrir le travail photographique de Yaroslav Avilkine (présentation ci-dessous) et l'univers pictural de Christian Brière - peintre normand, après son voyage en Russie (prochain article).

Vernissage aura lieu le 9 novembre, à partir de 18h, à La Prairie.

L'exposition est visible jusqu'au samedi 18 novembre.

P.S. Sans oublier une autre exposition, en parallèle avec celle-là, dans le cadre du Festival de la culture russe Peschinka: "Photographies des voyages en Russie de l'Association Davaï". Au cinéma Le Cabieu d'Ouistreham. Tout le mois de novembre.

Exposition: "Le charme de la province russe"

YAROSLAV AVILKINE est un jeune photographe talentueux qui habite à Obninsk (une ville provinciale dans la région de Kalouga), où il est connu pour sa touche personnelle et son sens de l’image surprenant. Cette exposition est la représentation du point de vue du photographe sur son environnement rural et urbain ; ceci à travers son regard décalé, curieux, expérimental afin de partager et surprendre.

« Obninsk est une ville assez jeune, elle n’a que 60 ans. Cette ville est située en hauteur et ses alentours nous ouvrent une vue vraiment sublime : de vastes étendues, des rivières et des forêts magnifiques. J’ai vraiment de la chance d’y habiter. Depuis mon enfance je trouve mon inspiration dans de petites villes calmes et entourées de la nature. Il y a tant de choses extraordinaires, belles et pittoresques autour, impossible de ne pas partager mes impressions avec les autres ! Adolescent, je passais beaucoup de temps dehors à observer de divers phénomènes naturels et la vie autour de moi. C’est comme ça que depuis peu, j’ai une passion pour la photographie. Où que j’aille, j’amène souvent mon appareil photo et je saisis des instants au hasard : soit de différentes manifestations naturelles (des orages par exemple), soit juste des paysages paisibles.

Dans la plupart des cas j’expérimente en prenant les photos : je n’utilise que de vieux objectifs d’anciens appareils et de caméscopes en les adaptant à l’appareil photo moderne. J’obtiens ainsi des photos imprévisibles, expressives, ayant leur propre caractère et leur propre humeur. Aujourd’hui j’ai l’occasion de partager avec vous une partie de ce que je vois en vivant dans une petite ville provinciale nommée Obninsk. Pendant cette exposition, on se baladera ensemble à travers la ville et ses alentours, à travers les saisons et les moments de la journée, en admirant la beauté de la nature locale, ses humeurs et ses transformations. »

Yaroslav Avilkine

 

Exposition: "Le charme de la province russe"

Partager cet article

Published by asso-davai - dans Evénements Rendez-vous
commenter cet article
2 novembre 2016 3 02 /11 /novembre /2016 17:42

Chers amis,

A la demande de nos amis et partenaires - les éditions "Lingva" - nous publions ici leur message qui s'adresse à toute personne intéressée par la Russie et sa littérature...

Ce WE, cette édition fête plein de choses: leur anniversaire de deux ans, le lancement de la collection "Nuits blanches", et la parution des "Inhibés" de Boris Strougatski !

Ne ratez pas tous ces événements!

Les éditions "Lingva": la Russie en Normandie

Madame, Monsieur, chers Collègues et Amis,

 

Depuis deux ans maintenant, les éditions Lingva publient à Lisieux des ouvrages de littérature russe et ukrainienne: preuve s'il en est que l'on peut donc éditer de la littérature étrangère ailleurs qu'à Paris. Il s'agissait pour l'instant d'oeuvres classiques, antérieures à 1940, ou bien d'essais sur l'histoire ou le folklore. Cet automne cependant, elles lancent une toute nouvelle collection, "Nuits Blanches", dont l'objectif est de publier des auteurs contemporains importants.

Un premier roman est paru: Les Inhibés, de Boris Strougatski, sans doute un des auteurs les plus influents de ces dernières décennies. D'autres ouvrages suivront, sans distinction de genre ou de style.

 

Vous êtes cordialement invités à l'inauguration officielle de cette collection, le samedi 5 novembre à 11h, à la librairie Les Grands Chemins (place de la République à Lisieux). Autour d'un verre de kvas (la vraie boisson nationale des Russes et des Ukrainiens), nous vous présenterons cette collection, son premier auteur, et les projets à venir.

 

Editions Lingva.

 

 

Partager cet article

Published by asso-davai - dans Associations - amies
commenter cet article
25 octobre 2016 2 25 /10 /octobre /2016 23:35
Festival Peschinka : Conte russe

Partager cet article

24 octobre 2016 1 24 /10 /octobre /2016 13:53
Encore une très belle expérience pour les enfants de notre atelier de théâtre ! 
Venez en famille découvrir ce conte populaire russe...
À mercredi, à 15h30, à la médiathèque de Colleville !
Festival Peschinka : Conte russe

Partager cet article

Contactez-nous

Courriel : asso_davai@hotmail.fr

 

Association Davaï

Maison de quartier de Venoix

18 avenue des chevaliers

14000 Caen

 

Si vous souhaitez adhérer à notre association et obtenir plus de renseignements, écrivez-nous.

Tarif normal : 15€/an

Tarif réduit (pour les étudiants et les demandeurs d'emploi sur présentation d'un justificatif): 10€/an

 

Bulletin d'adhésion (à télécharger)

 

Site : http://assodavai.wix.com/associationdavai 

Facebook http://www.facebook.com/assodavai 

Twitter : https://twitter.com/#!/AssoDavai

Agenda

Cliquez sur le lien pour consulter l'agenda :

http://assodavai.wix.com/associationdavai#!agenda/cee5

Cours de russe

Si vous souhaitez apprendre le russe ou approfondir vos connaissances de cette langue, Nadejda Stettler donne des cours pour adultes au

Centre d'animation La Prairie

 

11 avenue Albert Sorel

14000    Caen

02 31 85 25 16

centreanimationprairie@wanadoo.fr

Quatre niveaux différents.

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -