Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 mai 2017 1 08 /05 /mai /2017 09:17

Cette rubrique est consacrée aux personnes qui ont été témoins de la seconde guerre mondiale, la Grande Guerre Patriotique, comme on l'appelle en Russie. Chaque année il en reste de moins en moins. Mais leurs enfants, petits-enfants, leurs proches, ont souhaité partager ces récits, ces histoires familiales avec nous.

Un très grand merci à tous ceux qui ont accepté de participer à ce projet de Davaï consacré à la mémoire commune.

Ce premier témoignage est celui d'Alexandre Ezerskiy.

Traduction en français et corrections: Sylvie Gandon, Françoise Mulot, Maryvonne Bordas, Nadia Stettler.

------------------------------------------------------------------------------------

Quand la guerre commença, mon père avait seulement douze ans, et grand-père lui, était trop vieux pour répondre à l’appel de mobilisation. C’est pourquoi, parmi mes proches parents, seul mon oncle Nicolas, le frère aîné de mon père a combattu. Mon oncle n’avait pas d’enfants, aussi il me traitait comme son propre fils. Très souvent, il m’invitait pour les week-ends et  nous  nous promenions, ou bien nous faisions du ski, et l’été, nous nous baignions dans la Volga. Oncle Kolia n’aimait pas parler de la guerre. Mais,  quand toute la famille se réunissait à l’occasion d’une fête, après que tous aient un peu bu, il quittait la table pour fumer. Pendant ces moments-là, il évoquait certains souvenirs. Voilà comment à travers ses récits fragmentés et courts, j’imagine son histoire.

Lieutenant N.G.Ezerskiy, 1942

Lieutenant N.G.Ezerskiy, 1942

L’année 1941, il est sorti de la classe terminale de l’école numéro 14, celle-là même où mon père avait fait ses études, et où moi-même j’avais suivi mes classes primaires. Comme nous avons tous vécu dans le même quartier, leurs récits m’étaient familiers et facilement imaginables. De plus le thème du commencement de la guerre se répétait dans tous les films : le bal de fin d’études de l’école, tout le monde se promène jusqu’au matin, l’annonce dans tous les haut-parleurs du début de la guerre et les jeunes diplômés, toujours en habits de fête, sans rentrer chez eux, qui se rendent au bureau de recrutement pour être engagés volontaires et partir au front. 

C’est effectivement ainsi que cela s’est passé dans tout le pays. Tous ceux de la classe de l’oncle Kolia sont allés au bureau du recrutement comme un seul homme, en revanche, ils n'ont pas rejoint immédiatement le front : beaucoup, tout comme mon oncle, n’avaient pas encore 18 ans.

On les a dirigés vers des écoles militaires, l’oncle Kolia s’est retrouvé à l’Ecole d’artillerie du nom de Molotov à Gorky, « GOUZA » (Molotov, à cette époque, était le ministre des affaires étrangères). Au cours de nos promenades il me parlait de cette école qui a été transformée en Ecole de Génie Spatial et a existé jusqu’au début des années 90. Ce dont je me souviens : au dessus des portes de cette école, on lisait « Notre but est le communisme ». Quel plaisantin avait pu imaginer un tel slogan ?

Bref, oncle Kolia était chanceux d’être tombé sur cette école car parmi ceux qui sont allés à l’école d’infanterie, aucun n’est revenu de la guerre… De sa classe de diplômés de 1941 ne sont rentrés de la guerre que deux hommes : mon oncle Kolia et son ami, passé par l’école d’aviation avant d’aller sur le front en tant que pilote d’avion de chasse.

Suivant les mots de beaucoup d’éminents militaires, ce ne sont pas les maréchaux qui gagnent ou perdent la guerre mais les lieutenants et les chefs de compagnie. Ils vivent avec leurs soldats, ils les mènent à l’attaque, ils les encouragent. Les chances de revenir vivants pour les lieutenants d’infanterie sont infimes. C’est tout de même différent pour les soldats qui sont dans l’artillerie.

Parti le 22 juin pour le bureau de recrutement, oncle Kolia a été envoyé immédiatement à la caserne de l’école militaire. Ses parents, mon grand-père et ma grand-mère, ont cherché leur enfant pendant plusieurs jours jusqu’a ce qu’ils apprennent qu’il était au GOUZA. Ils le trouvèrent en train de laver le plancher. Comme tout bon soldat, il a commencé son service par le "nettoyage des chiottes ». Ses parents, issus du milieu intellectuel : maman – bibliothécaire, papa – comptable, étaient sous le choc.

A l'école militaire les études duraient trois ans, mais pour eux le rythme fut accéléré. La guerre le rattrapa au bout de quelques semaines. Déjà en juillet 1941 l’aviation allemande avait commencé les bombardements systématiques de leur ville. A Gorky il y avait plusieurs usines d’armement qui étaient logiquement devenues la cible de l’ennemi. Mais les bombes ne choisissaient pas où tomber. L’enseignement à l’école militaire s’est très vite orienté vers des exercices pratiques. On a installé des canons antiaériens sur les collines autour de la ville et les étudiants devaient assurer les surveillances des attaques. On leur a montré comment tirer et… En avant les gars ! Allez-y ! Appropriez-vous les techniques de guerre !

Sa promotion fut rapide : en un an, à la fin de l’été 1942, oncle Kolia était devenu lieutenant et avec sa batterie antiaérienne il est allé au front. Il s’est retrouvé aux abords de Stalingrad. Selon ses souvenirs, le convoi dans lequel il est parti au front a été bombardé et seule une partie est restée intacte. Lui, il est resté vivant, en se positionnant avec sa batterie au sud de Stalingrad. On les débarqua dans un champ. A ce moment-là les divisions blindées allemandes faisaient une percée vers la Volga. La batterie d’oncle Kolia, avec tous ses canons, s’est trouvée pile dans la ligne de mir des tirs des chars ennemis. Aucun avion en soutien. «On lançait de nos batteries des tirs directs sur les tanks, comment nous sommes demeurés en vie dans ce combat, ça, je ne peux pas te le dire… mais ce qui est sûr : on les avait arrêtés avant la Volga.»

Et ensuite, il ajoutait : « La guerre… il n’y a rien d’intéressant. Un raid. Nous tirons. Ils bombardent. Le plus important, se boucher les oreilles avec de la ouate et quand la salve arrive – ouvrir la bouche. Sinon immédiatement tu deviens sourd, tes tympans se déchirent. » Et ainsi de suite jour après jour : « On change la position, on creuse une tranchée, on s’y installe, raid, on tire, le jour, la nuit, du ciel tombent des bombes et des éclats, il faut encore comprendre ce qui arrive, vers où tirer. Puis de nouveau : relève de la position, enfouissage, raid…Travail pénible, permanent… D’une façon générale, rien d’intéressant. »

Extraits de ses récits. « Offensive d’hiver la veille du nouvel an. Nous prenons un abri allemand. Il est aménagé, on peut le dire, d’une façon « chic ». Il fait bon. Nous apportons un sapin, mais il nous faudrait des décorations. Rien ne convient. Dans les affaires abandonnées par les Allemands, nous trouvons une grande quantité de préservatifs. Nous les gonflons comme des boules. Nous accueillons la Nouvelle Année avec un sapin de Noël décoré. »

« Notre batterie se positionne au bord d’un lac. Un moment de tranquillité, sans raids. Dans le lac nagent des carassins (petites carpes). On en a assez de la kacha, on veut des petits poissons frais. Mais on n’a pas de temps pour s’installer « confortablement » et les pêcher à la ligne. Nous avons notre méthode de pêche, une petite charge explosive, et je t’en prie : ramasse ce qui nage à la surface de l’eau. On a tout ce qu’il faut. Mais juste au moment de l’action, nous entendons soudainement la pétarade d’une moto. Nous cachons vite l’explosif. Devant nous surgit un officier de "SMERCH" (le service de contre-espionnage de la guerre: mort aux espions et aux saboteurs). Il vient pour contrôler le respect des règles. Il inspecte toute la batterie. "Comment ça va, le service?" - "Tout va normalement"... Il part. Le bruit de sa moto disparait au loin. Pour être bien certains de son départ, nous attendons encore un peu avant de jeter la dynamite dans l'eau. La "pêche" est bonne, nous faisons frire les poissons sur le feu, diluons de la gnole. La clairière est "mise en beauté". Mais soudain, des buissons, apparait l'officier! Ce salaud, après être parti avec sa moto, l'avait cachée plus loin dans les buissons. Puis, il avait rampé jusqu'à notre batterie, et s'était planqué en attendant le début de notre festin... Quelle ordure... Et le voilà à nous menacer du tribunal militaire pour infraction à la règle. Ensuite, il bouffe, ce fumier, tous nos carassins, boit notre gnole, tout ce qu'il peut boire et se casse de là. Notre repos est gâché."

Le tribunal, oncle Kolia ne l'a tout de même pas évité. Sa batterie avait accidentellement abattu un avion soviétique. L'avion, c'est pas des carassins avec de la gnole, c'est sûr... Ca sentait à plein nez soit le bataillon de mort, soit, encore pire, l'exécution directe. Mais de nouveau il a eu de la chance. Il s'est trouvé que le pilote s'était éjecté avec son parachute et était resté vivant. De plus, l'avion avait dévié de sa trajectoire et ne devait pas du tout survoler la batterie. L'affaire se termina ainsi: il fut destitué de toutes ses décorations et rétrogradé comme simple soldat. Il chargea des obus dans le même régiment pendant plusieurs mois. Ensuite, au cours d'un nouveau raid le commandant de la batterie fut tué, oncle Kolia prit le commandement à sa place. Par la suite on le remit à son grade et il termina la guerre comme il l'avait commencé, en lieutenant.

Il fit la guerre en Hongrie et en Tchécoslovaquie et fut démobilisé en été 1945. Il a vu cette guerre d'un bout à l'autre, 4 ans.

Le voici de retour dans sa ville natale, il a 21 ans et toute la vie devant lui. Ses parents l'attendent , leur fils est revenu, vivant, même pas blessé une seule fois. Après les embrassades, les pleurs, les histoires un peu confuses, quelqu'un demande: "Kolia, pourquoi n'as-tu pas tes affaires?" "Elles arriveront dans le wagon à bagages..."

A cette époque, les démobilisés rentraient avec des butins de guerre et une telle réponse supposait qu'il aurait beaucoup de trophées dans les valises. Quelques jours plus tard on comprit qu'en fin de compte il n'y avait aucun "butin", car l'unique valise contenant ses affaires qui l'ont accompagné pendant toute la guerre, avait été volée dans le train. Ses affaires, il s'en fichait profondément, mais tous les papiers et les médailles... Les papiers seraient refaits dans quelque temps mais les médailles avaient disparu à jamais.

Après la guerre les Anciens Combattants ont été souvent décorés lors des commémorations des 10 ans, des 20 ans de la Victoire... les 30 ans de l'Armée rouge, les 40 ans de l'Armée rouge... les 100 ans de la naissance de Lénine, etc. Il ne portait jamais ses décorations. Pour toutes les fêtes de la Victoire, il mettait seulement son insigne d'Ancien Combattant. Cet insigne avait une signification particulière pour oncle Kolia, car il avait été donné uniquement à ceux qui participaient personnellement aux combats.

Quatre années de guerre ne se sont pas passées sans lui laisser des traces. Un travail pénible, des jours sans sommeil, du stress, tout cela a pesé sur sa santé. Il a enduré plusieurs infarctus et il est mort d'un arrêt du cœur à la fin de la Pérestroïka.

Il a été enterré dans un grand cimetière dans la proche banlieue de notre ville de Nijni Novgorod. C'est un cimetière multiconfessionnel. Sur les pierres tombales sont gravés des croix, des croissants, des étoiles de David. Sur la sienne - une étoile à cinq branches et le ruban de St Georges (ce même ruban, tant aimé et tant détesté en Ukraine). Lui et ceux de sa génération ne croyaient ni en Dieu, ni dans les leaders communistes. Ils avaient défendu leur pays et leurs familles  et ils avaient fait tout ce qu'ils avaient pu pour cela.

 

Alexandre Ezerskiy.

 

1945. Photo de famille. Oncle Kolia est de retour.

1945. Photo de famille. Oncle Kolia est de retour.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Contactez-nous

Courriel : asso.davai.caen@gmail.com

 

Association Davaï

Maison de quartier de Venoix

18 avenue des chevaliers

14000 Caen

 

Si vous souhaitez adhérer à notre association et obtenir plus de renseignements, écrivez-nous.

Tarif normal : 15€/an

Tarif réduit (pour les étudiants et les demandeurs d'emploi sur présentation d'un justificatif): 10€/an

 

Bulletin d'adhésion (à télécharger)

 

Site : http://assodavai.wix.com/associationdavai 

Facebook http://www.facebook.com/assodavai 

Twitter : https://twitter.com/#!/AssoDavai

Agenda

Cliquez sur le lien pour consulter l'agenda :

http://assodavai.wix.com/associationdavai#!agenda/cee5

Cours de russe

Si vous souhaitez apprendre le russe ou approfondir vos connaissances de cette langue, Nadejda Stettler donne des cours pour adultes au

Centre d'animation La Prairie

 

11 avenue Albert Sorel

14000    Caen

02 31 85 25 16

centreanimationprairie@wanadoo.fr

Quatre niveaux différents.

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -