Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 juillet 2013 4 18 /07 /juillet /2013 11:46

Cette année, la destination de notre voyage de fin d’année, scolaire, ne sonnait pas très russe de prime abord! Une journée dans l’Orne avec au programme : visite du Haras National du Pin, visite du musée de la Comtesse de Ségur (née Rostopchine) ah, on brûle et, enfin visite de la Grosse Forge à Aube.

 

Il est vrai que notre autobus avait des accents internationalistes avec à son bord des Français, dont pour certains il n’est pas besoin de remonter bien loin dans l’arbre généalogique pour débusquer quelques aïeux à l’accent slave, des Russes, des Biélorusses, des Anglais …et des enfants… « citoyens du monde » en devenir.

 

À la descente du bus aux Haras, nous étions accueillis par Patrick, le membre actif de l’association Изба (Izba – maison de rondins) partenaire ornais de la promotion de la langue et de la culture russe que nous avions eu le plaisir d'accueillir à Caen pour le dernier spectacle d'Ella Gontcharova et le spectacle de chants polyphoniques russes de la troupe parisienne Lado.

 

Si de prime abord, les lieux ne me paraissaient pas vraiment «russes», les prairies alentours, qui seront le théâtre des prochains jeux équestres mondiaux, fleuraient un air bucolique que j'avais maintes fois vu en Russie. J'étais sur la bonne voie, il suffisait de me mettre en quête de quelques indices pour démontrer l'intérêt réciproque que les cultures russe et française se témoignent. Et je ne tardais pas à trouver. Qui cherche, trouve! Mis de côté le patrimoine mobilier et immobilier bien de chez nous, et quelques étriers en argent massif et, autre selle d'apparat offert par Mohammed VI, …Je tentais ma chance du côté des amis chevaux et, je ne tardais pas à trouver un cheval avec une grand-mère russe du «doux» nom de Tchernaïa (La noire) Pour celles et ceux qui doutent de mon analyse généalogique, je joins une photo à l'appui, seul cheval du Haras avec des chaussettes aux postérieures, chaussettes russes, bien entendu! Je plaisante mais saviez-vous que lesdites chaussettes, dont le nom nous évoque de vagues souvenirs de classe, ont , paraît-il, été en vigueur dans l'armée russe jusqu'en 2008, étonnant non! A y regarder de plus près, ces chaussettes ne sont pas russes, je vous l'accorde!

 P1040610.JPG

 

Plus fort, dans le musée du Haras national, extrêmement intéressant et pédagogique au demeurant, à l'entrée pour introduire l'engouement pour les jeux équestres, la course hyppique en particulier, une magnifique photo d'Alexandre Rodchenko. Je restais baba! Le choix de cet important photographe russe des années Trente, ne pouvait pas être le fruit du hasard mais bien l'authentique choix d'un-e amoureu-se de la culture russe. La culture, toujours la culture, voilà ce qui nous lie et nous relie malgré nous, malgré tout, même au fin fond de l'Orne!

 P1040620.JPG

 

Ensuite nous avons fait un saut à Aube dans le pays de l'Aigle au coeur d'un écrin de verdure luxuriante et lumineuse, car il faisait un temps magnifique.

Les amateurs de littérature savaient qu'en allant visiter le musée de la Comtesse de Ségur, ils allaient rencontrer une écrivaine, devenue Comtesse de Ségur, née Rostopchine à  Saint Pétersbourg en 1799. Son père, militaire renommé sous le règne de Paul 1er, gouverneur de Moscou au moment de l'avancée des troupes napoléoniennes, est responsable de l'incendie de Moscou qui provoqua la débâcle de l'armée mais aussi la colère des habitants. Le Tsar le disgracia, ce qui le conduisit dans un périple européen. En France, il va  marier sa fille, Sophie, à un comte français un parent de Napoléon.

Sophie Rostopchine est polyglotte, elle parle cinq langues dont le français. Elle le lit et l'écrit aussi bien que le russe au point que l'on se demande qu'elle est sa langue maternelle. Elle est le témoignage vivant de la prégnance de la langue et de la culture française dans les milieux aristocratiques russes du XVIII et XIXème siècle. Sophie paraît-il fut une enfant facétieuse que sa mère chercha à soumettre par la religion catholique. Devenue très pieuse, elle aspire à avoir une nombreuse famille. Ne se plaisant pas à Paris, son père va lui acheter un château à la campagne au lieu dit «les Nouettes» à Aube.

P1040627.JPG

Quand il s'agira pour elle d'écrire des récits qu'elle ne pouvait plus narrer directement à certains de ses petits enfants vivant en Angleterre, elle n'hésite pas à utiliser la langue de Molière. L'univers qu'elle raconte, les personnages qu'elle met en scène touchent directement à la vie locale autour de son château. Toute aristocrate qu'elle fût, Sophie aura 9 enfants qu'elle semble avoir élevé elle-même, un tous les deux ans, ce qui me laisse penser qu'elle avait quelques notions de planification familiale ou qu'elle était délaissée par son mari. Elle écrira et sera reconnue en tant qu'écrivaine pour enfant de son vivant. Elle deviendra l'auteure vedette de la Collection Bibliothèque Rose. On peut donc penser qu'elle s'occupait de gérer des revenus de la vente de ses livres. Elle fait entrer dans la littérature des proches et des personnages qui l'environnent…. Sophie Rostopchine était une femme résolument moderne. Je dois relire ses livres Les malheurs de Sophie, …. mais j'ai l'impression qu'elle devait être un genre de psychologue pour enfant avant l'heure.

 

Enfin pour celles et ceux qui ont fait la visite dans le même sens que moi, nous nous sommes rendus à la «Grosse Forge», ancêtre de l'acierie moderne. Cette forge a été installée dans la vallée de la Risle au début du XVIème siècle sur un édit de François 1er! Le parcours de la visite est jalonnée de sculptures d'un artiste Jean-Alexandre Delattre, qui travaille l'acier à la façon des anciens marteleurs de la Forge. J'ai bien remarqué son goût prononcé pour les thémes ouvriers d'inspiration soviétique, pour preuve la photo. Encore un signe! Il suffisait de chercher…

 

P1040634.JPG

 

En attendant notre prochaine sortie qui, peut-être nous ramenera sur les bords du canal de l'Orne dans le campement viking et carolingen Ornavik, je vous souhaite à toutes et tous de très belles vacances et, pourquoi pas de faire un détour par l'Orne!

 

 

Cécile Milcent

(photos : Cécile Milcent)

Partager cet article

Repost 0
Published by asso-davai - dans Evénements
commenter cet article

commentaires

http://www.powered.com 23/01/2014 12:43

I am indeed very excited to be at these places. I didn’t know how to proceed and I needed some guidance to know as to how get to these places. This site in fact helped me a lot. Thanks for the share.

Nadia 21/07/2013 16:47

Merci Patrick pour le commentaire, la belle contribution à l'organisation de cette journée et l'information pratique quant à l'exposition... Je partage tout à fait ton compliment concernant l'article, justement j'ai passé la soirée d'hier avec Cécile et je profite encore de l'occasion pour lui exprimer ma reconnaissance d'"alimenter" si bien notre blog!
Patrick, toi, qui aime et connait tant la littérature russe, quand tu nous feras partager tes réflexions à propos de quelques ouvrages? Il y aurait des lecteurs passionnés, je t'assure!
Bonnes vacances,
Nadia.

Patrick 20/07/2013 11:12

Bonjour,

Un petit complément à cet excellentissime article (et je ne dis pas cela uniquement parce que j'y suis cité...). Le Haras du Pin s'est associé à l'année France-Russie en 2010 en organisant une exposition du sculpteur russe du cheval Lanceray, et en y associant une présentation de chevaux de races russes. Il est à noter que les sculptures de cet artiste sont visibles au musée du régiment cosaque de la garde impériale de Courbevoie, celui-là même qu'il n'a pas été possible aux adhérents de Davaï de visiter cette année, si je ne m'abuse. Le lien vers la plaquette de l'esposition Lanceray : http://www.haras-national-du-pin.com/fileadmin/user_upload/_temp_/HP_LANC_FLYER.pdf
Пока !
Патрик.

Contactez-nous

Courriel : asso_davai@hotmail.fr

 

Association Davaï

Maison de quartier de Venoix

18 avenue des chevaliers

14000 Caen

 

Si vous souhaitez adhérer à notre association et obtenir plus de renseignements, écrivez-nous.

Tarif normal : 15€/an

Tarif réduit (pour les étudiants et les demandeurs d'emploi sur présentation d'un justificatif): 10€/an

 

Bulletin d'adhésion (à télécharger)

 

Site : http://assodavai.wix.com/associationdavai 

Facebook http://www.facebook.com/assodavai 

Twitter : https://twitter.com/#!/AssoDavai

Agenda

Cliquez sur le lien pour consulter l'agenda :

http://assodavai.wix.com/associationdavai#!agenda/cee5

Cours de russe

Si vous souhaitez apprendre le russe ou approfondir vos connaissances de cette langue, Nadejda Stettler donne des cours pour adultes au

Centre d'animation La Prairie

 

11 avenue Albert Sorel

14000    Caen

02 31 85 25 16

centreanimationprairie@wanadoo.fr

Quatre niveaux différents.

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -