Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 avril 2017 4 27 /04 /avril /2017 23:11

Je vous propose cette semaine une traduction personnelle d'un poème de Nicolaï Nekrassov (19ème siècle), il s'agit en fait d'un extrait d'un texte très long en vers "Les petits paysans". Cet écrivain a écrit de nombreux textes à propos des gens ordinaires en Russie, il y a aussi un autre texte comme ça, beau et intéressant "Les femmes russes". 

Nekrassov est très populaire en Russie et beaucoup de Russes connaissent des extraits par coeur, peut-être pas autant que Pouchkine, mais beaucoup! A la différence de Pouchkine, par contre, il est peu connu à l'étranger et je n'ai pas trouvé de traduction de l'extrait suivant.

Et dans ces poèmes, il y a beaucoup de dialogues, ce qui rend la lecture très vivante.

Cela, je crois le savoir, mais je parle sous le contrôle de ma chère amie et professeur de russe, Nadia, qui a proposé cet exercice. Et je profite de l'occasion pour la remercier de faire partager sa passion à travers cet apprentissage !

Cette traduction n'est pas littérale mais je pense que l'esprit est respecté; et certes, le nombre de pieds et les rimes sont approximatifs mais je suis seulement apprenti poète pour le moment...

Pascal Coquerel.

LE PETIT MOUJIK

Un jour que régnait un grand froid d'hiver

Je sortais du bois, le gel était sévère.

Je vis, descendant lentement d'une sente,

Tirant du bois mort, une jument haletante.

 

Une démarche solennelle, un air important,

Un petit moujik conduisait la jument.

Dans sa peau de mouton et ses énormes bottes,

Ainsi que des moufles immenses, voilà le moujitchok !

 

- Salut mon gaillard ! - Passe ton chemin !

- Hé, t'as pas l'air commode, dis donc ?... Gamin !

… Tu sors d'ou ? - Ben de la forêt ! Tu vois !

… Le père, t'entends, il coupe ! … et moi, je charroie !

 

(Au loin, les coups de hache résonnent dans le bois)

- Et ton père ... il a une grande famille ? ... y'a toi...

- Ben ouai... cette famille... c'est deux personnes …

… Y'a mon père... et y'a moi : ça fait deux hommes !

 

- En voilà une famille ! C'est quoi ton nom ? - Vlas !

- Et ça te fait quel âge ? - Ben... six ! … Voilà !

… Allez charogne ! … crie notre petit moujik, gravement,

Il empoigne les rennes et détale rapidement.

 

=====================================================

"Le petit moujik" de Nicolaï Nekrassov

Николай Некрасов — Мужичок с ноготок

…Однажды, в студёную зимнюю пору,
Я из лесу вышел; был сильный мороз.
Гляжу, поднимается медленно в гору
Лошадка, везущая хворосту воз.


И, шествуя важно, в спокойствии чинном.
Лошадку ведёт под уздцы мужичок
В больших сапогах, в полушубке овчинном,
В больших рукавицах… а сам с ноготок!


— Здорово, парнище! — «Ступай себе мимо!»
— Уж больно ты грозен, как я погляжу!
Откуда дровишки? — «Из лесу, вестимо;
Отец, слышишь, рубит, а я отвожу».


(В лесу раздавался топор дровосека.)
— А что, у отца-то большая семья? —
«Семья-то большая, да два человека
Всего мужиков-то: отец мой да я…»


— Так вон оно что! А как звать тебя? —
«Власом».
— А кой тебе годик? — «Шестой миновал…
Ну, мёртвая!» — крикнул малюточка басом.
Рванул под уздцы и быстрей зашагал…

Partager cet article

Repost 0
15 février 2015 7 15 /02 /février /2015 18:31

(travail de recherche d'Elena Malycheva: la suite..)

LE PATRIARCHE NIKON ET SES REFORMES

Nikon est né en 1605 dans une famille paysanne d'un village de la région de Nijni-Novgorod. Sa mère mourut peu après sa naissance et il fut élevé par une belle-mère odieuse, ce qui le poussa à partir très tôt dans un monastère, où il commença sa formation religieuse. Puis il se maria et obtint un sacerdoce. Ebranlé par la mort de leurs enfants, Nikon a convaincu sa femme de prendre le voile, et à la suite d'une querelle avec le Supérieur de son monastère, il partit pour un autre monastère, dont il fut élu à son tour Supérieur. Par la suite, en 1546, il déménagea à Moscou où il obtint le soutien et la faveur du Tsar. Il fut bientôt ordonné archimandrite du monastère de Novospasski. A la mort du patriarche Joseph, les membres du clergé proposèrent une candidature pour le poste de patriarche, mais le Tsar rejeta cette demande, désirant, ainsi que les boyards et toute la noblesse, voir nommé Nikon patriarche.
Le 25Juillet 1652, à la Cathédrale de l'Assomption du Kremlin à Moscou, Nikon fut élu patriarche. Le jour où il fut élevé à ce rang, tout le monde fut rassemblé, y compris le Tsar et son entourage, ainsi que la Douma des Boyards et de nombreux représentants du clergé. Nikon, dans un premier temps, refusa cette nomination et ne l'accepta finalement que sur l'insistance du Tsar, et en y mettant ses conditions : s'il devenait le patriarche, tout le monde devait le vénérer, être en tous points d'accord avec lui, et surtout le laisser organiser l'Église selon ses propres désirs. Tous les participants donnèrent alors leur consentement et acceptèrent les exigences de Nikon.
Patriarche Nikon
Patriarche Nikon
Dès le début de ses fonctions, le patriarche décida de réformer l'Église russe. Il voulut aligner les livres liturgiques et les rites russes sur les modèles des livres et des rites grecs. A cette époque il existait effectivement de grandes différences entre les deux, mais des études récentes sur l'histoire de la culture spirituelle ont montré que ces différences n'étaient pas dues à des erreurs des copistes russes, mais qu'elles étaient apparues à la suite de changements introduits par les Grecs dans leurs livres au cours des siècles précédents.
Par ailleurs, les membres du clergé n'appréciaient pas du tout les aspects négatifs du caractère de Nikon, en particulier son despotisme, son égoïsme, son orgueil, son amour du pouvoir, son intolérance vis-à-vis des opinions des autres, et même sa cruauté envers certains membres du clergé. Nikon se vengea de ses accusateurs, qui furent déplacés, défroqués, exilés, ou même éliminés physiquement.
En 1653, une semaine avant le grand carême, Nikon envoya un message aux églises. Dans ce message, sans avoir au préalable consulté le Conseil de l'Église ni aucun ecclésiastique respecté, de façon totalement inattendue, il ordonna d'annuler les prosternations et établit le signe de croix avec trois doigts, comme dans la version grecque contemporaine, en précisant que « il est indigne dans une église de faire des génuflexions, il faut s'incliner jusqu'au sol et se signer avec trois doigts ». Il faut noter qu'avant les réformes de Nikon, les Russes se signaient avec deux doigts.
Ces deux innovations sérieuses dans la pratique religieuse ont provoqué une certaine confusion et une protestation même de la part de ceux qui étaient alors jusque-là des amis de Nikon. Certains d'entre eux firent une pétition qu'ils présentèrent au Tsar, mais ce dernier prit le parti de Nikon, qui put les chasser de l'Église et se retrouver ainsi absolument seul à diriger l'Église.

Considérons les principales innovations du patriarche Nikon :

  1. Le signe de la croix avec deux doigts a été modifié pour un signe avec trois doigts. Nikon a expliqué cela en disant que le signe avec deux doigts n'avait jamais exsité ni dans l'Église grecque ni dans l'Église russe, et qu'il s'agissait d'une hérésie arménienne qui avait pénétré le territoire russe.
  2. Dans les livres liturgiques le nom du Sauveur a été écrit et prononcé « ИСУС », mais on a changé pour « ИИСУС».
  3. Dans Le Symbole de la foi orthodoxe, dans les livres anciens, la phrase « Et l'esprit du Seigneur Véritable et donnant la vie » a été refaite et le mot « Véritable » a été enlevé.
  4. La liturgie s'accomplissait sur les sept pains sans levain, mais les nouveaux-ritualistes en supprimèrent deux.
  5. Dans les livres religieux le mot « Alléluia » est prononcé deux fois, et après le réforme trois fois: « Alléluia, Alléluia, Alléluia, Dieu merci ! ».
  6. Selon l'ancienne tradition orthodoxe, au cours des rites du baptême, du mariage, ou du baptême d'une nouvelle église, les mouvements étaient effectués dans le sens horaire, ce qui était symbolique du fait que nous suivions le Christ, notre soleil divin. Et après la réforme, les mouvements se sont faits dans le sens contraire.
  7. Le rituel de bénédiction de l'eau le matin de la fête de l'Epiphanie a été annulé par Nikon, mais restauré plus tard par ses adeptes.
Pendant son mandat, Nikon s'est aliéné de nombreux dirigeants de L'Église. Et les relations amicales entre le Tsar et le patriarche ont également commencé à se dégrader. En 1658, après la liturgie solennelle, Nikon voulut influencer le Tsar et annonça son refus de continuer à assumer ses fonctions ; il se leva et quitta la cathédrale, espérant que le Tsar le retiendrait, ce que celui-ci ne fit pas.
Nikon maudit alors tous ceux qui n'étaient pas avec lui, y compris le Tsar et sa famille. Il fut reconnu coupable d'abandon volontaire de patriarcat, d'insultes envers l'Église, celle-là même qu'il avait réformée, et envers le Tsar, ainsi que de cruautés envers ses subordonnés.
Le Conseil de l'Église le dépouilla de sa dignité, et en fit un simple moine.

Partager cet article

Repost 0
Published by asso-davai - dans Etudes sur la Russie
commenter cet article
6 décembre 2014 6 06 /12 /décembre /2014 16:06

Chers lecteurs!

Nous inaugurons aujourd’hui une nouvelle rubrique de notre blog: "Etudes sur la Russie". Ici, nous donnerons la parole à toutes les personnes qui souhaitent publier leurs travaux de recherche (mémoires, dissertations etc) afin de les partager avec les amoureux de l'histoire, de la culture et de la civilisation russes.

La première publication nous est proposée par Elena Malycheva - doctorante de l'Ecole Doctorale de l'Université de Caen, et son directeur de thèse Monsieur Michel Niqueux. Elena nous présentera une série d'articles sur le schisme de l'Eglise Orthodoxe Russe.

Histoire russe: Rascol - 1
Présentation du phénomène « Raskol »
Au XVII ème siècle, en Russie, s'est produit un phénomène religieux et social très important: une partie du clergé s'est opposée à l'Église établie, entraînant la formation de deux courants spirituels, l'un représenté par l'Eglise officielle, alors dirigée par le patriarche Nikon, et l'autre à qui on a donné à l'époque le nom de « vieille croyance », ses adeptes étant appelés « vieux-croyants » ou « vieux-ritualistes ».

Ce fut le schisme de l'Église Orthodoxe, encore appelé « Raskol ».
Ses origines remontent au siècle précédent, quand en 1551 le Stoglavyj Sobor (Le Grand Conseil) de Moscou voulut renforcer le sentiment de piété au sein de la religion et assainir les traditions à l'intérieur de l'Église russe. La publication de la littérature religieuse se développa alors considérablement avec généralement un caractère moralisateur et instructi
f.
Parmi les personnes qui se sont le plus investies dans cette œuvre de restructuration, un nom prit de plus en plus d'importance: celui du prêtre Nikon, qui avec l'appui du Tsar finit par être élu Patriarche. Ce dernier décida alors tout seul de réformer l' Église russe, en particulier en alignant les livres liturgiques et les rites russes sur les modèles des livres et des rites grecs. Il convient de noter qu'à l'époque il existait des divergences importantes et des incohérences entre les pratiques religieuses de Russie et de Grèce, d'où venait le christianisme orthodoxe.
Nikon régna en maître absolu sur l'Église russe, en éliminant (et même physiquement) ceux qui lui étaient hostiles et imposa ses innovations sur les rites et les traditions orthodoxes. A cause de son comportement odieux, il s'est aliéné de nombreux dirigeants de l'Église, ainsi même que le Tsar, et il finit par être révoqué.

Mais ses réformes ne furent pas modifiées et ceux qui y étaient opposés, c'est-à-dire les conservateurs, ou « vieux-croyants », qui étaient restés fidèles aux rites pratiqués avant Nikon, furent persécutés car ils ne suivaient pas les nouvelles directives imposées par l'Autorité (à cette époque, ecclésiastique...)

C'est de là qu'est né le drame de la séparation de l’Église orthodoxe.
Elena Malycheva.

Partager cet article

Repost 0
Published by asso-davai - dans Etudes sur la Russie
commenter cet article

Contactez-nous

Courriel : asso_davai@hotmail.fr

 

Association Davaï

Maison de quartier de Venoix

18 avenue des chevaliers

14000 Caen

 

Si vous souhaitez adhérer à notre association et obtenir plus de renseignements, écrivez-nous.

Tarif normal : 15€/an

Tarif réduit (pour les étudiants et les demandeurs d'emploi sur présentation d'un justificatif): 10€/an

 

Bulletin d'adhésion (à télécharger)

 

Site : http://assodavai.wix.com/associationdavai 

Facebook http://www.facebook.com/assodavai 

Twitter : https://twitter.com/#!/AssoDavai

Agenda

Cliquez sur le lien pour consulter l'agenda :

http://assodavai.wix.com/associationdavai#!agenda/cee5

Cours de russe

Si vous souhaitez apprendre le russe ou approfondir vos connaissances de cette langue, Nadejda Stettler donne des cours pour adultes au

Centre d'animation La Prairie

 

11 avenue Albert Sorel

14000    Caen

02 31 85 25 16

centreanimationprairie@wanadoo.fr

Quatre niveaux différents.

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -